Test de Desktop Dungeons | Jeux indés
 
 
 

 


Test de Desktop Dungeons

PC -  le 2 April 2010

Que se passe-t-il lorsqu’on croise un jeu de rôle et un jeu de puzzles ? On crée un jeu ultra addictif… Voyons cela plus en détail avec le jeu Desktop Dungeons de l’équipe de QCFDesign !

Mission remplie, le ménage a été fait...

Au premier abord, Desktop Dungeons ne paye pas de mine : une petite fenêtre perdue au milieu de votre bureau, des graphismes dans le plus pur style programmer art… Sans compter les multiples choix de race et de classe, un peu effrayants pour un joueur débutant qui ne comprend pas bien à quoi correspondent toutes ces caractéristiques… Alors on se lance. Soyons original, prenons un guerrier humain !

Pour vous éviter de mourir après une minute de jeu (ce qui est généralement le cas lors de la première partie), voici une petite présentation : vous incarnez un héros de niveau 1 dont l’objectif est de tuer le boss (de niveau 10) du donjon d’un étage dans lequel vous vous trouvez. La majeure partie du donjon est, au début, inconnue et le seul moyen pour vous de le découvrir est de vous approcher de cases noires afin de les révéler. Chacune des cases ainsi dévoilées, en plus de vous montrer ce qui s’y cache (monstre, bonus, mur, …), vous fera gagner le nombre de points de vie et de mana indiqués sur votre fiche de personnage, à droite de l’écran.

Pour pouvoir trouver et affronter le boss, il va bien entendu falloir gagner des niveaux et le seul moyen pour cela est de tuer les ennemis. Il existe deux moyens de faire des dégâts : votre épée ou un sort. L’épée est disponible dès le début, il vous faudra par contre ramasser un sort avant de pouvoir l’utiliser (sachant que vous ne pouvez en transporter qu’un nombre limité)… Les combats sont très simples : le nombre de points de dégâts que vous infligez est soustrait à la vie du monstre (en tenant compte des éventuelles résistances) et vice-versa. Ainsi quelques rapides multiplications et soustractions vous permettent de connaître sans coup férir l’issue du combat.

Vous pouvez aisément changer l'apparence du jeu !

Et c’est bien sûr là que réside la force de ce jeu ! Le gagnant des combats étant prévisible, vous pouvez alors tout planifier et faire en sorte de gaspiller le moins de déplacements, potions ou sorts possibles. Évidemment, chaque classe a ses spécificités : le prêtre tape beaucoup plus fort les mort-vivants et chaque potion de vie lui rend toute sa vie ; le voleur gagne vie et mana à chaque fois qu’il consomme une potion, quelle qu’elle soit, et fait 30% de dommages en plus sur le premier coup… À vous d’utiliser tout cela à votre avantage, la race changeant, elle, le type de bonus obtenu lorsque vous transformez vos glyphes de sorts.

Mais ce qui rend Desktop Dungeons complètement addictif, c’est le nombre de races, classes et modes de jeu à débloquer. Le jeu n’est pas facile  et, même si la génération aléatoire des donjons fait que certains tableaux sont bien plus simples que d’autres, vous perdrez souvent et bien souvent à peu de choses près (ah, si seulement j’avais attendu de changer de niveau pour récupérer de la vie au lieu de consommer cette potion…). Chacune des classes demande un style de jeu bien particulier et il est intéressant de se rendre compte que l’on ne voit pas du tout de la même façon la partie selon que l’on est par exemple un guerrier ou un mage.

Il est vraiment étonnant de voir ce qu’un jeu d’apparence aussi simple peut receler de stratégie et de planification, surtout lorsqu’on sait que les niveaux sont générés aléatoirement… La possibilité, en plus, d’aisément modifier les graphismes du jeu ajoute à la rejouabilité, vous pourrez trouver quelques tilesets alternatifs sur le forum de TIGSource… Vous êtes encore en train de lire ce test ? Pourquoi n’avez-vous pas déjà cliqué sur le lien de téléchargement ?

Matthieu Montaudouin


Un commentaire sur Test de Desktop Dungeons

  1. Pingback: Tweets that mention Desktop Dungeons « Jeux indés – Actualité et tests de jeux vidéo indépendants -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre e-mail n'est jamais publié ou partagé. Les champs requis sont indiqués avec *.

*

Vous pouvez utiliser les tags et attributs HTML suivants :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Infos

JOUER