Test de Gravity Bone | Jeux indés
 
 
 

 


Test de Gravity Bone

PC -  le 9 April 2010

De l’espionnage, des têtes carrées et des missions invraisemblables, Gravity Bone, jeu signé par le studio Blendo Games, est un cocktail bien étrange au goût savoureux !

Une bien sympathique réception...

Tout commence dans un ascenseur grillagé. Nous sommes portés d’un endroit indéfini vers une réception étrange, tenue sur une sorte de plate-forme flottante, dont tous les participants sont masqués et en train de discuter par petits groupes. Cette descente sert d’introduction car, lorsque les portes s’ouvrent, la première chose que l’on voit est un panneau indiquant comment se déplacer. D’un simple clic, nous faisons ensuite monter le papier que nous tenons à la main, contenant notre mission : se rendre à la chaudière. Commence alors notre déambulation dans cet étrange endroit.

Évidemment, trouver la chaudière n’est que la première étape… C’est à cet endroit que vous trouverez un cocktail qu’il vous faudra ensuite donner, déguisé en serveur,  à un homme roux. Une fois cela fait une vidéo, rappelant très fort l’ambiance du jeu Portal, nous explique le pourquoi de notre geste, et nous sommes propulsés dans notre seconde mission. Celle-ci, encore plus étrange, nous demande de photographier 5 oiseaux… L’auteur s’en est manifestement donné à cœur-joie pour nous propulser dans son monde à part, avec une atmosphère très années 50. La fin, que je ne dévoilerai pas ici, est surprenante et intéressante à plus d’un titre et cela vaut la peine d’y jouer rien que pour elle.

Le métier d'espion ne nous entraîne pas que dans des endroits glamour...

L’ambiance graphique de Gravity Bone est, comme vous pouvez vous en rendre compte sur les captures d’écran, très particulière… Le jeu se déroule dans un monde d’espions et l’univers très stylisé, angulaire presque à l’excès, fonctionne particulièrement bien. L’utilisation du moteur graphique de Quake II et le budget, que j’imagine assez limité, n’auraient de toute façon pas permis la création d’un jeu réaliste… L’espèce de léger halo qui baigne tout l’espace et la palette de couleurs plutôt pastel donnent à l’ensemble un aspect très onirique. La bande sonore, quant à elle, superbe et d’inspiration sud-américaine (le thème du film Brazil est très bien utilisé vers la fin du jeu), couvre à peine les conversations limitées des protagonistes du début et nous accompagne agréablement tout au long de Gravity Bone, que cela soit via la musique ou les bruitages.

L’aventure est malheureusement  assez courte, comptez environ 20 minutes pour venir à bout de Gravity Bone, mais l’histoire racontée n’en reste pas moins intéressante et l’on a pas du tout l’impression que le jeu a été bâclé. Sa brièveté est même presque un atout tellement il est rapide de refaire une partie et se replonger pour quelques minutes dans cet univers. Un sentiment étrange de décalage nous reste d’ailleurs après avoir joué, comme si nous sortions d’un rêve : les missions complètement surréalistes dont l’objet saugrenu ne fait quasiment pas sens, l’impossibilité de tuer qui que ce soit, la totale absence de dialogues et, finalement, d’interaction avec les personnages que nous croisons ainsi que l’aspect très linéaire du scénario (la poursuite dans les couloirs de métro est peut-être un clin d’œil ?) nous transportent dans l’imaginaire du créateur, Brendon Chung.

Bref, vous aurez compris que Gravity Bone m’a enchanté et qu’il faut absolument l’essayer si vous avez 20 minutes devant vous et l’envie de vous dépayser !

Matthieu Montaudouin


Un commentaire sur Test de Gravity Bone

  1. Pingback: Tweets that mention Gravity Bone -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre e-mail n'est jamais publié ou partagé. Les champs requis sont indiqués avec *.

*

Vous pouvez utiliser les tags et attributs HTML suivants :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Infos

JOUER