Test de Machinarium | Jeux indés
 
 
 

 


Test de Machinarium

PC -  le 27 January 2010

Prenez une dose de robots, une autre de steampunk et une pincée d’amour, mélangez bien, et servez frais. Le jeu d’aventure/puzzle à son paroxysme ?

Il faut parfois savoir se faire petit !

Sensation de la fin de l’année 2009, il me tardait de tester ce jeu d’aventure indépendant, réalisé avec Flash par le studio Amanita Design. Situé dans un univers étrange, très steampunk, avec une esthétique magnifique, comme dessiné au crayon, ce jeu étonne. Tout d’abord par son aspect visuel, mais également par son interface, très dépouillée, simple (la souris et son bouton gauche vous suffiront pour finir le jeu), et sa façon de raconter l’histoire, uniquement par le biais de scènes animées, apparaissant dans des bulles, sans paroles ni texte.Il faut également mentionner la musique, absolument sublime et centrale à l’histoire, plusieurs énigmes tournant autour de cela, qu’il s’agisse de réparer les instruments d’un groupe ou de récupérer le poste de radio d’un ouvrier, sans compter la toute fin du jeu…

Le héros ne peut utiliser que les objets qui sont à sa portée mais, heureusement, vous pouvez l’agrandir ou le rapetisser afin d’atteindre certains points autrement hors d’atteinte. Il dispose bien entendu d’un inventaire, comme il se doit pour tout jeu d’aventure, mais ce dernier ne sera jamais rempli d’objets à ne plus savoir qu’en faire ; le sel de ce jeu n’est pas dans la combinaison d’objets… En effet, rapidement on se rend compte que tout ici est prétexte à des puzzles. Ces derniers, très bien intégrés dans l’univers, vous donneront plus ou moins de fil à retordre mais ne sont jamais vraiment frustrants.

La place principale du "village"

Et d’ailleurs, les développeurs ont pensé à tout… Si vous vous sentez bloqué dans ce jeu, que ce soit parce qu’un puzzle vous résiste ou bien parce que vous ne savez plus quoi faire, un double système d’aide très bien pensé vous est proposé. Vous avez la possibilité, en haut à droite de l’écran, de cliquer sur une ampoule ou bien sur un livre décoré d’un point d’interrogation. L’ampoule vous donne simplement une piste, selon l’endroit du jeu où vous vous trouvez qui, bien souvent, suffit pour vous indiquer la prochaine chose à faire. Si vous ne trouvez toujours pas, vous pouvez cliquer sur le livre ce qui, après un petit jeu de tir assez ennuyeux (il est d’ailleurs possible d’y jouer avec les touches fléchées + la barre d’espace), vous donnera une solution complète, sous la forme d’une bande dessinée vous révélant en détails la marche à suivre.

Un petit point faible de ce jeu est la progression de la difficulté assez peu linéaire, certains moments étant vraiment beaucoup plus difficiles que d’autres, mais cela est presque inévitable dans ce type de jeu et n’altère en rien la qualité globale de ce titre. Vous ne mettrez pas non plus énormément de temps à finir l’aventure, mais elle n’est pas pour autant bâclée, et l’histoire est touchante.

Finalement, vous ne regretterez pas le temps passé à jouer à ce jeu. Que ce soit pour son ambiance, ses puzzles (dont certains ne manqueront pas de vous énerver, mais quel plaisir une fois la solution trouvée !), ou les situations étranges dans lesquelles se met le protagoniste, chaque nouveau tableau apporte sont lot de bonne surprises. Un très grand jeu d’aventure, à n’en pas douter.

Matthieu Montaudouin


Un commentaire sur Test de Machinarium

  1. Pingback: Participez à l’IndieCade ! « Jeux indés – Actualité et tests de jeux vidéo indépendants

Laisser un commentaire

Votre e-mail n'est jamais publié ou partagé. Les champs requis sont indiqués avec *.

*

Vous pouvez utiliser les tags et attributs HTML suivants :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Infos

JOUER