Test de Poto & Cabenga | Jeux indés
 
 
 

 


Test de Poto & Cabenga

Flash -  le 23 April 2010

Il est possible de mettre notre cerveau à rude épreuve uniquement à l’aide de la barre espace… Poto & Cabenga, le dernier jeu du studio Honeyslug, en est une jolie preuve !

Attention au dragon...

Poto & Cabenga est un des 6 gagnants du concours Gamma IV, organisé lors de la GDC 2010, concours dont l’objet est de réaliser des jeux que l’on contrôle par l’appui d’un seul bouton… Au premier abord, on se dit qu’il n’est pas possible de réaliser grand chose avec une interaction si limitée, mais rapidement on se rend compte que c’est une contrainte très intéressante. Un article publié sur Gamasutra (une lecture indispensable pour qui s’intéresse au jeu vidéo) explore les différentes possibilités de cette contrainte, et il en ressort bien que la seule limite est au final l’imagination (comme dans beaucoup d’autres domaines par ailleurs)…

Poto & Cabenga se joue donc avec un seul bouton, ici la barre espace. Au début, nous contrôlons le “cheval” sur lequel nous chevauchons : la pression de la barre espace nous fait charger, lorsque nous la relâchons le cheval saute et retourne à son rythme de croisière. Tout cela nous est appris à travers une rapide section qui fait office de tutoriel, pendant laquelle on se dit que si le jeu continue de la sorte, on va rapidement s’ennuyer… Mais c’est à ce moment là, comme si le game designer nous avait entendu, qu’arrive derrière nous un dragon, qui avale tout rond le cavalier et laisse le cheval continuer son chemin !

C'est là que ça devient compliqué...

Juste après cela, l’écran se divise horizontalement et on retrouve notre cavalier dans le système digestif du dragon tandis que le cheval continue sa route. Ce qui se passe alors au niveau du contrôle est assez étonnant : l’appui sur le bouton a toujours le même effet sur le cheval, mais un effet contraire sur le cavalier. En effet, lorsqu’on appuie la barre espace le cheval charge pendant que le cavalier fait du surplace et lorsqu’on la relâche, tous les deux sautent. Vous vous en doutez, cela devient bien plus compliqué dès ce moment, surtout qu’on ne va plus se contenter de ramasser d’innocentes feuilles,  mais qu’il va falloir également éviter les ennemis qui arrivent de partout… Les 9 vies données à chacun ne seront pas de trop !

Ce système de contrôle étant vraiment différent de tout ce que l’on a l’habitude de manipuler, il nous faut un peu de temps pour s’y habituer ! Les premières parties sont d’ailleurs plus frustrantes qu’autre chose, mais avec le temps on finit par “prendre le coup de doigt” et mourir moins bêtement… Quoi qu’il en soit, la réalisation est superbe et le style graphique très coloré, principalement dû à Richard Hogg, vraiment intéressant. J’aime particulièrement le dragon que l’on voit voler en arrière-plan, une sorte de memento mori pour le pauvre cheval solitaire…

Essayez donc Poto & Cabenga, ne serait-ce que pour voir à quel point la coordination entre les deux protagonistes demande de la pratique. Et profitez-en pour admirer le paysage…

Matthieu Montaudouin


Un commentaire sur Test de Poto & Cabenga

  1. Pingback: Tweets that mention Poto & Cabenga « Jeux indés – Actualité et tests de jeux vidéo indépendants -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre e-mail n'est jamais publié ou partagé. Les champs requis sont indiqués avec *.

*

Vous pouvez utiliser les tags et attributs HTML suivants :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Infos

JOUER