Test de Galaxy Jumper | Jeux indés
 
 
 

 


Test de Galaxy Jumper

Flash -  le 16 July 2010

Partez à la conquête de l’univers en sautant de planète en planète dans Galaxy Jumper, le dernier jeu du collectif français One Life Remains.

Ce rayon bleu ne vous veut pas du bien...

Vous vous rappelez probablement du Petit Prince, le héros du célèbre conte d’Antoine de Saint Exupéry, qui part explorer les étoiles pour rencontrer des amis. Eh bien on peut se demander s’il n’y a pas un peu de cela dans Galaxy Jumper… Vous n’irez pas d’étoile en étoile, mais de planète en planète, et en guise d’amis vous ramasserez des clés, afin d’ouvrir la porte qui vous permettra de poursuivre votre exploration. La solitude de l’explorateur anonyme de ce jeu rappelle par contre bien celle du Petit Prince…

Vous l’aurez probablement compris, Galaxy Jumper est un puzzle-game  teinté d’arcade. Puzzle-game car le but est de sortir de chacun des niveaux que vous visitez, en ramassant au passage toutes les clés pour ouvrir la porte ainsi que le plus grand nombre de pièces possibles afin de débloquer d’autres niveaux par la suite. Arcade parce que, comme pour les jeux d’antan, il faut être précis, patient et ne pas avoir peur de recommencer plusieurs fois un niveau jusqu’à trouver le bon enchaînement de planètes. Et puis un peu de plate-forme, parce que finalement on ne fait que sauter de planète en planète !

Eh oui, même si la mécanique de jeu est bien huilée et agréable, Galaxy Jumper est loin d’être facile. Si les premiers niveaux ne devraient pas vous poser de problèmes, la plupart servant de tutoriel, cela se corse rapidement. En effet, il semblerait que l’univers entier s’est ligué contre vous, pauvre explorateur de galaxies, et que tous ses occupants n’ont qu’une idée derrière la tête : vous éliminer ! Que ce soit de cruels rayons en rotation autour d’une planète, des sortes d’yeux qui vous suivent partout, certaines planètes elles-même qui disparaissent lorsque vous en sautez ou se mettent à brûler quand vous posez le pied dessus, ne vous attendez pas à être bien reçu…

Vous sélectionnez les niveaux de la même façon que vous jouez : en sautant !

Et vous n’aurez pas vraiment le droit à l’erreur : si vous échouez, que cela soit en sortant de l’écran de jeu, ou bien parce qu’un de vos innombrables ennemis vous a touchés, vous recommencerez le niveau du début, sans garder une seule des clés ou pièces que vous avez ramassées. Mourir juste après avoir ouvert la porte à cause d’une petite erreur de timing et devoir recommencer l’intégralité d’un niveau qui vous a demandé des trésors de précision vous donnera parfois envie de jeter votre souris contre le mur… Mais heureusement, la sélection de niveaux est libre et se fait via un petit jeu d’exploration dans une sorte de hub : vous sautez de l’un à l’autre et lorsque vous en trouvez un qui vous intéresse, vous payez le prix indiqué pour le débloquer. Il est ainsi par exemple possible de jouer au niveau 35, le dernier du jeu, après avoir seulement collecté les pièces des 10 premiers niveaux.

Cette méthode de sélection de niveaux, bien réalisée et dans l’esprit du jeu, ne facilite pourtant pas forcément la progression linéaire, vous serez parfois obligé de revenir sur vos pas pour trouver le niveau suivant, sans compter qu’il est vraiment énervant de devoir attendre que le bonhomme aille s’écraser contre un des bords lorsque vous ratez votre saut dans le hub… Les graphismes, très jolis par ailleurs, sont également assez fortement dégradés, même au niveau de qualité maximal, lorsque vous jouez dans certains niveaux très vastes (le 35 par exemple), rendant les clés assez peu visibles. Mais ces quelques petits défauts ne vous empêcheront pas de prendre beaucoup de plaisir en jouant à Galaxy Jumper, vous pouvez y sauter à pieds joints !

Matthieu Montaudouin


Laisser un commentaire

Votre e-mail n'est jamais publié ou partagé. Les champs requis sont indiqués avec *.

*

Vous pouvez utiliser les tags et attributs HTML suivants :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Infos

JOUER