Test de The Scourge | Jeux indés
 
 
 

 


Test de The Scourge

PC -  le 27 August 2010

Après nous avoir enchantés avec du jardinage, Michael Todd s’associe aux Superbrothers pour tenter de nous submerger de zombis dans The Scourge.

Au lancement du jeu, un diaporama haletant nous raconte une histoire saisissante : un homme désespéré cherche, dans un monde en proie à la famine, un abri ; il trouve, dans une maison abandonnée, un délicieux fromage, en mange puis se repose mais, la nuit tombée, des zombis l’attaquent, vous prenez alors le contrôle de cet homme et devez tout faire pour qu’il survive ! L’histoire, ridicule, nous rappelle celle de beaucoup de films avec des zombis et, comme pour ces derniers, ce n’est pas pour cela que nous sommes là : on veut de l’action !

Et nous allons être servis de ce côté… L’idée de base du jeu est très simple : il faut survivre 310 secondes, jusqu’à ce que le brouillard se dissipe. On commence sans arme ; le texte en bas de l’écran nous indique qu’il faut éviter soigneusement les zombis qui attaquent, ce que l’on fait. Peu de temps après, un menu apparaît, nous informant que nous avons trouvé une arme mais il faut choisir quel est son type : un Uzi, à tir rapide mais peu directionnel ou bien un fusil à pompe, au tir lent mais pouvant toucher plusieurs ennemis à la fois. C’est la première d’une série de questions auxquelles vous devrez répondre au long de cette expérience, et qui changeront jusqu’au type d’ennemis qui vous attaquent.

Cette façon de faire, pour peu orthodoxe qu’elle soit, est très intéressante, mélangeant habilement l’aventure et l’action pour un résultat assez surprenant. On est en effet assez dérouté au premier abord par ce texte qui surgit mais on finit rapidement par attendre la prochaine interaction, afin de savoir quel choix va nous être proposé. Il est, bien sûr, possible de ne pas répondre mais, pour avoir essayé cette technique, cela ne rend pas forcément le jeu plus simple. Évidemment, tout cela est très scripté, mais il ne faut pas perdre de vue que ce jeu a été crée en 3 jours seulement, à l’occasion de la Toronto Game Jam, et qu’il ne peut être exempt de défaut.

Une autre chose notable dans The Scourge est son ambiance graphique. L’association avec les Superbrothers donne à ce titre un style particulier et vraiment unique. L’aspect famélique du héros, l’ambiance toute dans des tons ocre et gris, ces zombis, sortant de nulle part, sombres, fondant vers nous tels des charognards, la grande pièce, au parquet que l’on imagine vieux et usé : à n’en pas douter, nous sommes dans un monde où l’espoir n’est pas permis… L’éclairage, n’illuminant qu’une petite partie de la pièce, cache jusqu’au dernier moment les hordes de zombis et amplifie ce sentiment de terreur diffuse. Bien sûr, tout cela n’a rien de nouveau, mais l’ensemble fonctionne très bien, nous plonge dans une ambiance terrifiante. Qui plus est, on ne sait pas vraiment combien il reste de munitions dans le chargeur (à moins de compter) et non plus quel est l’état de santé de notre héros, ce qui amplifie la sensation d’impuissance.

Vous aurez compris que j’ai beaucoup apprécié l’expérience fournie par The Scourge, sans compter que la difficulté est vraiment au rendez-vous… Bien qu’il ne faille tenir qu’un peu plus de 5 minutes, il est assez peu probable que vous y arriviez à la première tentative, ce qui vous laissera l’occasion de tester d’autres combinaisons (Uzi ou Shotgun, ennemis rapides ou résistants, …) tout aussi impitoyables. Laissez-vous enfermer dans la vieille baraque de The Scourge, vous ne serez pas déçus de l’expérience !

Matthieu Montaudouin


Laisser un commentaire

Votre e-mail n'est jamais publié ou partagé. Les champs requis sont indiqués avec *.

*

Vous pouvez utiliser les tags et attributs HTML suivants :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Infos

JOUER