Give Whatever you Want : récit d’un fiasco… | Jeux indés
 
 
 

 


Give Whatever you Want : récit d’un fiasco…

news -  le 1 June 2010

Le 25 mai, la nouvelle se répand rapidement d’un nouveau package de jeux indépendants que l’on peut acheter pour la somme que l’on veut (sur le modèle du Indie Game Bundle) : le Give-Whatever-You-Want Indie Game Bundle.

Les 6 jeux proposés sont :

Le 25 mai donc, à 9h15, IndieGames.com se fait l’écho de cette nouvelle mais, dès 10h, un commentaire d’un certain Brian note quelques bizarreries, dont le lien pour télécharger les logiciels qui renvoie vers une erreur 404. Plusieurs commentaires plus bas, Jochen Kolbe, l’organisateur de cet événement, nous apprend qu’il se marie le jour même ! Cela n’est pas pour rassurer les gens ayant payé, on est rarement très disponible le jour de son mariage, événement prévu largement en avance au moment duquel on prévoit rarement autre chose…

Bref, ça commence à sentir le roussi, surtout que Daniel Kaplan, du studio Ludosity (Bob Came in Pieces) et Ron Bunce (Gravitron 2) se désolidarisent rapidement de l’opération en déconseillant aux gens d’acheter leurs jeux via ce moyen, mais en indiquant qu’ils enverront tout de même, pour ne pas les pénaliser davantage, des copies du jeu aux personnes l’ayant acheté par ce biais…

Par la suite, Jaz McDougall, journaliste sur le site PC Gamer, effectue une interview de Jochen Kolbe. Le texte n’est pas très facile à lire, l’anglais de Jochen étant mauvais (et le journaliste n’ayant pas souhaité l’éditer), mais on y apprend que Jochen n’a pas forcément attendu le feu vert des personnes concernées pour lancer son opération. Il se désole même que l’association Child’s Play, qui était partenaire du Humble Indie Bundle, lui ait demandé de retirer le lien de son site, ne comprenant pas pourquoi une organisation caritative refuserait des dons… Il dit également que sa motivation est, suite au succès du Humble Indie Bundle, de créer un nouveau portail commercial basé sur le principe de payer ce que l’on veut. Des interviews complémentaires de Kaplan et Bunce nous informent également que Jochen avait prévu de se prendre une commission, loin d’être humble, de 30%.

Finalement, dans un article du 27 mai, Michael Rose, journaliste sur IndieGames.com, indique que le site est maintenant fermé pour des raisons techniques. Il avait, dans l’intervalle, contacté les autres organisations caritatives mentionnées sur le site : L’EFF avait reçu un mail mais n’y avait pas encore donné suite et la Deutsche Kinderkrebsstiftung n’avait même pas été informée…

Nous ne saurons peut-être jamais le fin mot de l’histoire, quelle était la vraie motivation de Jochen Kolbe, ni pourquoi il avait lancé cette opération le jour même de son mariage, mais il ne semble pas découragé : le site mentionne actuellement qu’ils (on ne sait pas qui exactement) seront bientôt de retour (“We are back soon”)… Je trouve en tout cas vraiment lamentable de capitaliser sur le succès d’une opération, l’Indie Game Bundle, réalisée dans les règles, avec le soutien de toute la communauté indépendante, pour essayer de gagner un peu (beaucoup ?) d’argent. C’est probablement inévitable, plus le jeu indépendant sera connu et rapportera d’argent, plus des personnes sans scrupules tenteront d’en profiter pour ramasser une part du gâteau… Comptez sur moi pour être vigilant et vous tenir informé !

Matthieu Montaudouin


Un commentaire sur Give Whatever you Want : récit d’un fiasco…

  1. Simon B. says:

    Merci d’avoir pris du temps pour consacrer un article sur cette arnaque qui en aura berné plus d’un (moi-même, j’avais fait tourné le lien avant de me rendre compte, 2 jours plus tard, de la supercherie). Heureusement que les infos circulent vite mine de rien…

Laisser un commentaire

Votre e-mail n'est jamais publié ou partagé. Les champs requis sont indiqués avec *.

*

Vous pouvez utiliser les tags et attributs HTML suivants :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>